Comment utiliser les cônes vaginaux ?

Comment utiliser les cônes vaginaux ?
Il y a quelques jours de cela, nous consacrions sur notre site, une série d’articles sur les boules de geisha, et leur intérêt en rééducation périnéale, et en phase d’entretien des muscles du périnée. A l’occasion de ce nouvel article, nous allons aborder l’intérêt des cônes vaginaux, aussi connus sous le nom de poids vaginaux.

Les cônes vaginaux : comment se présentent-ils ?

 Malgré le nombre important de sociétés qui fabriquent des cônes vaginaux (Neen et les cônes Aquaflex, Pelvifit…) , les cônes vaginaux se ressemblent beaucoup. Ces petits modules de forme anatomique permettent d’exercer son périnée grâce à des poids différents.

Quel est le principe des cônes vaginaux ?

Les cônes vaginaux s’adressent à toutes les femmes qui souffrent d’incontinence, et qui désirent reprendre le contrôle de leur périnée, pour éviter ces petits désagréments et leurs conséquences. Le principe des cônes se veut très simple : une fois insérés dans le vagin il va falloir se mettre en position debout et  contracter les muscles du périnée pour éviter que les poids ne chutent…

Comment débuter les exercices pour le périnée ?

Comme nous vous l’avons indiqué, les cônes vaginaux sont commercialisés sous la forme d’un set complet. Bien souvent, les cônes ont la même taille, mais ont des poids différents.  Il faudra donc débuter les exercices avec le cône de poids le plus léger. Dès que votre périnée aura repris en force et en tonicité,  vous devrez passer au poids supérieur… et ainsi de suite pour atteindre le poids le plus élevé.

Mais à qui s’adressent les cônes vaginaux ?

Les cônes vaginaux s’adressent à toutes les femmes qui veulent reprendre le contrôle de leur périnée, et/ou conserver la  force de ce dernier. Dès lors, ce dispositif pourra être utiliser périodiquement par les jeunes femmes qui désirent conserver une bonne continence, mais aussi par les femmes en cours de ménopause, qui souffrent de fuites urinaires.
A noter que les cônes vaginaux pourront aussi être utilisés par les femmes sportives, car rappelons-le, le sport n’est pas sans incidence sur les muscles du périnée.

Cônes vaginaux ou boules de geisha ?

Beaucoup de femmes se posent souvent la question de savoir si il faut mieux un dispositif ou l’autre ? A vrai dire, il n’y a pas un dispositif qui est préférable à l’autre, et tout dépendra de l’objectif recherché.
Alors que les boules chinoises permettront un travail sur la force des muscles pelviens mais aussi sur la sensibilité, les cônes vaginaux quant à eux seront plus axés sur l’aspect  force des muscles du périnée et incontinence. Idéalement, les deux dispositifs pourront donc être utilisés en compléments, et successivement.
Bonne rééducation périnéale !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *