Futures mamans : les fuites urinaires pendant la grossesse

La grossesse et le périnée

Pendant la grossesse, la future maman peut souffrir de petits maux comme les jambes lourdes et les brûlures d’estomac. Ce sont des problèmes qui s’arrêtent après l’accouchement. Ce n’est pas toujours le cas pour les fuites urinaires (incontinence urinaire).
Un tiers des femmes sont concernées par des fuites urinaires durant leur grossesse. Ces fuites proviennent d’un problème au niveau d’un muscle qui s’appelle le plancher pelvien. Le rôle des muscles du périnée est le maintien en place de la vessie, l’intestin et des organes génitaux. C’est lui qui assure la continence.

Pourquoi a t-on des fuites pendant la grossesse ?

La prise de poids et l’augmentation de l’utérus sollicitent beaucoup le périnée pendant la grossesse, l’urètre se compresse et les nerfs s’étirent d’où le problème de fuites incontrôlables.

Il existe différentes formes de fuites urinaires, il y a celles dites d’effort, celles d’impériosité c’est à dire celles ou l’on ressent une envie fréquente d’uriner et enfin il y a les fuites mixtes.

C’est véritablement une gêne qui tourne à l’obsession mais qui ne devrait pas gâcher le bonheur de la femme qui attend un bébé.

C’est le gynécologue qui définit la gravité de ce problème. Il peut prescrire un examen uro-dynamique qui permet de mesurer l’intensité du jet d’urine et la pression à l’intérieur de la vessie. Cet examen permet de connaître la gravité du problème et de savoir si une rééducation périnéale peut suffire à régler le problème ou s’il faut avoir recours à la chirurgie. Mais l’incontinence pendant la grossesse est souvent passagère et peut disparaître doucement.

Quelques conseils pour réduire ses fuites

Retarder la miction : il est possible d’entraîner un peu sa vessie pour éviter les fuites urinaires. Par exemple, on peut boire six à huit verres par jour et retarder le moment de la miction lors d’une envie pressante. Ce sera un peu inconfortable. Il est bien de faire cet exercice chaque jour en retardant chaque fois un peu plus le moment de la miction.

La constipation et la grossesse : en effet, il vaut mieux éviter d’être constipé, car l’effort de la poussée peut contribuer à affaiblir encore davantage le périnée et donc ne pas réduire l’incontinence urinaire.

Les activités physiques : Toutes celles qui entraînent des fuites urinaires devront cesser. Ces sports augmentent l’impact appliqué sur le périnée.

Ce désagrément de fuites urinaires n’est que temporaire, des solutions existent.

En effet, six à huit semaines après la grossesse, il sera possible de démarrer une rééducation périnéale en séances chez la sage-femme ou le kiné, ou bien en se faisant prescrire un appareil d’électrostimulation périnéal pour traiter effacement de ces petits soucis de fuites urinaires mais et permettra surtout de renforcer le périnée.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *