Comment gérer une panne de désir chez la femme après un bébé ?

Les troubles sexuels dans les 3 premiers mois après l’accouchement sont fréquents et 80% des femmes en souffrent, surtout après un accouchement par voie vaginale.

La naissance d’un enfant, surtout le premier, apporte des changements dans le comportement et la relation du couple. La présence d’un nouveau membre dans la famille, fait que les moments intimes du couple soit relégué au bas de l’échelle des priorités des nouveaux parents.

La douleur périnéale et la douleur pendant les relations sexuelles sont fréquentes dans les premiers mois après l’accouchement. Ces douleurs sont également associées à une diminution du désir sexuel et par conséquent une plus faible fréquence des rapports sexuels.

Ces symptômes sont plus fréquents après l’accouchement vaginal, et certaines femmes viennent à préférer la césarienne dans une future grossesse à la suite.

Les symptômes ressentis par les femmes et rendant plus difficile tout type de relation sexuelle sont les suivants:

La sècheresse vaginale, manque de lubrification causée par les changements hormonaux secondaires à l’allaitement maternel.

La douleur pendant la pénétration, à cause de la cicatrisation des plaies causées par l’accouchement (épisiotomie ou déchirures).

Les douleurs pendant les rapports sexuels, le plus souvent secondaire à la sècheresse vaginale et à la crainte d’avoir des douleurs pendant les rapports sexuels à cause d’un nulle ou pauvre désir sexuel.

La douleur pendant l’orgasme, causée par les contractions utérines au moment de l’orgasme.

La faiblesse vaginale survenant par le relâchement des muscles vaginaux inhérent à l’accouchement par voie vaginale.

Subir un saignement ou une irritation post-coït, effet secondaire du aux modifications de la muqueuse vaginale causée par les hormones de la lactation.

Seul un petit pourcentage de femmes consultent de manière routinière ces désagréments et lors des contrôles effectués 6 mois après l’accouchement, seulement 15% ont déclaré des symptômes qui les gênent lors de leur activité sexuelle.

Les médecins pratiquant des contrôles postpartum se concentrent notamment sur la contraception mais très peu sur sexualité du couple et / ou les symptômes associés aux rapports sexuels. Cela devrait changé, ou au moins être considéré comme une partie intégrante de la santé de la nouvelle famille.

Les femmes devraient aborder la question de la sexualité sans gêne ou honte, en particulier avec leur obstétricien, qui est généralement celui ayant le plus de contact avec la femme.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *