Les soins périnéaux : réduire considérablement les douleurs de l’accouchement

L'accouchement : un moment traumatisant pour le périnée

Le périnée est un muscle souple et étroit fermant le détroit inférieur du pelvis (entre l’ouverture du vagin et l’anus). Ce muscle s’étend considérablement pour permettre d’évacuer la tête de votre bébé. Durant la grossesse, certaines femmes craignent un éventuel traumatisme du périnée qui pourrait être expérimenté pendant l’accouchement. Cependant, le plus extensible et élastique ce tissu est, le moins il s’expose à des risques de déchirure. Heureusement, plusieurs méthodes permettent de limiter les traumatismes du périnée et d’atténuer la douleur pendant l’accouchement.

L’épisiotomie

Une épisiotomie est une petite incision dans la paroi arrière de votre vagin et dans votre périnée qui est faite par la sage-femme ou un médecin en utilisant un type spécial de ciseaux. Elle est généralement faite pour deux raisons : soit pour agrandir l’ouverture vaginale afin d’aider votre bébé à naître plus facilement, ou pour éviter que votre périnée ne se déchire.

Le massage du périnée

Le massage du périnée (étirements du périnée avec les doigts) est une méthode bien documentée qui a démontré son efficacité à réduire les traumatismes du périnée. Il ne garantit pas, cependant, l’évitement de sa déchirure. La plupart des femmes adoptent le massage du périnée dès la 34ème semaine de grossesse et se massent à raison de deux fois par jour.

Une naissance lente

Il est important lors de l’accouchement que la partie la plus large de la tête du bébé soit lentement évacuée. Les femmes sont souvent encouragées à haleter ou à souffler pour ralentir l’expulsion et minimiser les déchirures du périnée. Les fortes poussées sont donc déconseillées.

Les postures d’accouchement

La position de par laquelle vous donnez naissance, peut affecter le niveau de traumatisme et de douleur que vous pourriez rencontrer. Donner naissance couchée sur le côté (latéralement) ou penchée vers l’avant, à genoux, semble conduire à la moindre altération des tissus du périnée. La pire position possible pour le périnée est d’accoucher sur le dos, les jambes écartées, en particulier lorsque les étriers sont utilisés.

Un bon soutien

Des études ont montré qu’une bonne assistance lors de l’accouchement conduit à moins de traumatisme périnéal. La continuité des soins administrés par une sage-femme, en particulier, réduit l’incidence sur l’épisiotomie.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *